Utilisation du Test KRL en biologie clinique

Intérêt du test KRL™ en biologie clinique

Le Test KRL™ est un test biologique permettant de mesurer le potentiel global de défenses antioxydantes d’un individu. Son intérêt médical est devenu incontestable, compte-tenu de l’importance du stress oxydatif, associé à la plupart des pathologies.

Le test KRL peut être utilisé en médecine préventive pour identifier les sujets à risque pathologique. Ce test reflète de façon globale le potentiel de défense d’un individu vis-à-vis de l’agression des espèces  réactives de l’oxygène et de l’azote (ERO et ERN, dont des radicaux libres). Il permet ainsi d’apprécier préventivement le glissement du capital de défense de l’individu vers une valeur  pré-pathologique.

Le test KRL est aussi un test de suivi thérapeutique et de pronostic puisqu’il permet de suivre l’évolution d’une maladie, en mesurant l’état de défense de l’individu vis-à-vis du stress oxydatif.

Le graphe ci-dessous donne un exemple d’un suivi de rétablissement du potentiel de défenses antioxydantes avec le test biologique KRL™ chez une patiente ayant subi un choc septique.

Suivi de Choc septique avec le test KRL

Test biologique KRL : suivi du rétablissement des défenses antioxydantes chez une malades après un choc septique.
Relation avec les taux de protéines C réactives, de leucocytes et de plaquettes

Intérêt du test KRL en médecine préventive

Un nombre croissant d’études soulignent que les espèces réactives ERO et ERN sont impliquées non seulement dans des phénomènes aigus tels que traumatisme ou ischémie, mais aussi dans la genèse et le développement de nombreuses pathologies chroniques, comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, les cancers ou les maladies inflammatoires.

Les radicaux libres jouent par exemple un rôle de médiateur dans le phénomène de cancérisation. La plupart des agents cancérigènes favorisent la production de radicaux libres qui, lorsque les défenses de l’organisme ne sont plus suffisantes, peuvent modifier l’ADN cellulaire. Il existe heureusement des mécanismes de réparation très performants, mais dont l’efficacité diminue avec l’âge.

Les ERO et ERN jouent également un rôle majeur dans la genèse de l’athérosclérose, processus au cours duquel les artères s’épaississent et perdent leur élasticité, cause majeure de pathologies cardiovasculaires. La formation des plaques d’athérome qui obstruent la circulation sanguine est en effet lié à l’oxydation des lipoprotéines de basse densité.

Le test biologique KRL™ se présente comme un outil performant pour évaluer préventivement le risque d’apparition des pathologies reconnues comme les principales causes de mortalité en France.

Hygiène de vie et défenses antioxydantes

L’altération du potentiel de défense antioxydante d’un individu  peut résulter d’un manque d’hygiène de vie (stress psychologique chronique, fatigue, tabagisme, alimentation déséquilibrée, alcoolisme, vie trop sédentaire…). Cette diminution des défenses antioxydantes peut engendrer un stress oxydatif  et augmenter ainsi le risque pathologique.

 

KRL fruits et vitamines
KRL tabagisme

Dans une étude portant sur des volontaires sans pathologie avérée, nous avons pu démontrer, grâce au test KRL™ que le stress psychologique et le tabagisme étaient des facteurs de risque importants vis à vis de la réduction du potentiel de défenses antioxydantes.
Cette étude a aussi confirmé l’intérêt d’une consommation régulière de fruits et/ou de compléments vitaminiques. (Lesgards et al. ”Assessment of lifestyle effects on the overall antioxidant capacity of healthy subjects” Environ. Health Perspect. 2002;110:479-487).

Le test KRL pour le suivi de l'impact du stress psychologique

Un stress psychologique chronique modifie l’homéostasie de l’organisme, en maintenant des taux élevés de cortisol, d’adrénaline et de noradrénaline : accélération du rythme cardiaque, augmentation de la pression artérielle, spasmes musculaires, diminution de la densité osseuse, libération d’hormones (ACTH ou adrénocorticotrophine, cortisol, adrénaline, ocytocine, vasopressine), déséquilibre de la glycémie et de la cholestérolémie, déséquilibre hormonal et affaissement de la réponse immunitaire… L’hyperactivité de l’axe hypothalamique-pituitaire-adrénal perturbe à la longue la libération de sérotonine et de dopamine impliquées dans la régulation de l’humeur, la relaxation et la sensation de plaisir. Les conséquences pathologiques peuvent être sérieuses : hypertension et maladies cardiovasculaires, syndrome de l’intestin irritable, douleurs musculaires et articulaires, dermatoses, diabète, ostéoporose, obésité, infections, insomnie, dépression.
Le stress psychologique chronique est donc un facteur de risque pathologique important.
Le test KRL™ a permis de démontrer l’existence d’une relation forte entre un stress psychologique chronique et la capacité globale de défenses antioxydantes d’un individu.
KRL stress

Le test KRL™ a permis de démontrer l’existence d’une relation forte entre un stress psychologique chronique
et la capacité globale de défenses antioxydantes d’un individu.

Le test KRL pour le suivi des sportifs

L’organisme d’un athlète peut produire une quantité très importante d’ERO et de ERN (radicaux libres), conséquence de l’oxydation naturelle liée à la production d’énergie. Ces molécules hyper-réactives peuvent entraîner des phénomènes d’inflammation locale et des dommages tissulaires au niveau des muscles, des articulations et des tendons.

Si un effort violent favorise l’oxydation tissulaire, la pratique régulière d’activité physique conduit à une amélioration du potentiel de défenses antioxydantes par un mécanisme d’adaptation physiologique. L’organisme des athlètes serait en quelque sorte mieux préparé à faire face aux dommages oxydatifs des tissus liés à l’activité sportive. Par exemple, les coureurs très entraînés présentent des taux élevés de vitamine E érythrocytaire, de glutathion et d’activité catalase. En revanche, les « athlètes du week-end », qui ne pratiquent qu’occasionnellement une activité physique intense, ne disposent pas de ce système de défense accru. Ils pourraient même être plus sensibles aux dommages oxydatifs tissulaires que les sédentaires.

Le test KRL permet donc d’évaluer la capacité des sportifs (et des autres) à limiter le stress oxydatif engendré par l’activité physique, en particulier leur capacité de récupération après un effort violent et soutenu.

KRL et activité sportive

Le test KRL™ a permis de démontrer l’existence d’une relation forte entre
la pratique régulière d’une activité sportive et la capacité globale de défenses antioxydantes d’un individu.
Une pratique occasionnelle ne semble pas booster ces défenses, bien au contraire.

Pathologies liées à l'âge

Les radicaux libres sont impliqués dans de nombreuses pathologies liées à l’âge, notamment les désordres neurodégénératifs comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson et certains troubles de la vision comme la cataracte et la dégénérescence maculaire. Des études scientifiques ont montré un lien causal entre une diminution du système de défenses antioxydantes chez les personnes âgées et la genèse de ces pathologies. Une diminution de l’efficacité des mécanismes de réparation serait, elle aussi, impliquée.

Une étude réalisée avec le test KRL™ a clairement démontré que les sujets âgés ont un potentiel de défenses antioxydantes réduit par rapport aux personnes jeunes. Une supplémentation vitaminique permet néanmoins de recouvrer en partie ces défenses. (Girodon F. et al. « Effect of two-year supplementation with low dose antioxidant vitamins and/or minerals in elderly subjects on levels of nutrients and on antioxidant defense parameters« . J. Am. Coll. Nutr. 1997 ; 16:357-365.).

KRL et age

Une étude réalisée avec le test KRL™ a clairement démontré que les sujets âgés ont un potentiel de défenses antioxydantes réduit par rapport aux personnes jeunes. Une supplémentation vitaminique permet néanmoins de recouvrer en partie ces défenses.
(Girodon F. et al. « Effect of two-year supplementation with low dose antioxidant vitamins and/or minerals in elderly subjects on levels of nutrients and on antioxidant defense parameters« . J. Am. Coll. Nutr. 1997 ; 16:357-365.).